« Il était une fois, dans la forêt… » De tout temps, la forêt a inspiré les humains. Impossible de dénombrer la quantité d’histoires ou de mythes qui y prennent leurs assises tant ils sont nombreux. Lieux de découvertes, de dangers, de protection, de nécessité et de féerie, ces territoires où la nature est seule reine, dominant les arbres et les animaux qui la peuplent, les champignons et les bactéries qui y fourmillent, sont vitaux pour l’humanité. En ces temps où les environnementalistes nous rappellent sans cesse à quel point elle est une richesse, ce dossier vous permettra de découvrir qu’elle s’immisce partout entre les pages des livres. Oserez-vous aller vous promener dans les bois?

Dans ce dossier

La forêt aux mille facettes

Pour celui qui contemple la canopée d’une forêt, l’idée qu’il s’en fera dépendra davantage de ce qu’il y aura vécu — ou de ce qu’il en aura lu — que de l’aspect des ramures. La forêt est-elle ce lieu terrible où le vulnérable se frotte au loup? Ou est-ce plutôt ce lieu refuge, qui entremêle souvenirs d’un passé à y courir et vision sylvestre de la détente sous les chants des oiseaux? Les auteurs ont puisé dans leur imaginaire ou leur vécu pour présenter une facette de la forêt. Impossible à circonscrire à une seule épithète, la forêt se dévoile ainsi ci-dessous sous ses mille et un visages. À vous de choisir dans lequel vous plongerez!

De l’avantage que nous aurions à écouter les bois

La direction de la revue Les libraires m’a réclamé un court texte qui tenterait de nommer en quoi nous gagnerions à prendre exemple sur les interactions qui gouvernent les habitats sauvages — la forêt en particulier. Ne revendiquant aucune formation qui soit en lien avec le vaste domaine des sciences de la nature, je me suis prêté à l’exercice en me laissant guider par mes perceptions (évidemment tronquées et partiales), dans lesquelles entre une bonne part d’idéalisation romantique et de vagabondage, certes, mais aussi une petite dose d’observations effectuées au jour le jour dans ce milieu que je côtoie. Car la forêt ne me semble pas représenter un modèle à suivre en toutes ses facettes. On s’y entre-tue à qui mieux mieux et l’on y est invariablement la proie ou le prédateur d’un autre. Ce que la morale réprouve, l’écosystème l’approuve.

Meurtres au fond des bois

Dans les anciennes légendes, les forêts immenses qui recouvraient le territoire avaient la réputation d’être peuplées de monstres et de créatures dangereuses. Repaires redoutables...

Territoires d’avenir

Chaque été, j’aime tout oublier en disparaissant pendant plusieurs jours dans la réserve de Matane au cœur des monts Chic-Chocs. Je ne me lasse...

Gabrielle Filteau-Chiba : Engager le désir

C’est en combinant son élan pour l’écriture et sa force de conviction pour tout ce qui touche au respect de l’environnement que Gabrielle Filteau-Chiba a tracé les lignes de son œuvre qui compte jusqu’à ce jour trois opus qui prennent racine dans le genre du nature writing. Encabanée (2018), Sauvagines (2019) et le tout récent Bivouac (2021) ouvrent les fenêtres sur la prodigalité des forêts et nous donnent envie de nous lever pour assurer leur survivance.
Publicité