Publicité

Petit Panda bouge tout le temps

Petit Panda est agité. C’est le matin de sa partie de soccer, Papa tente de l’aider à se préparer, mais rien ne va, il n’arrive pas à tenir en place. Il est dérangé par tout ce qui l’entoure. Petit Panda est distrait et n’arrive pas à se concentrer même sur le terrain de soccer, où ses coéquipiers s’impatientent. Il est très imaginatif et réussit grâce à cet atout à garder le fil du match et à même faire gagner son équipe. Il est si fier de lui ! Ce volume donne des moyens concrets pour aider les enfants à mieux vivre avec l’hyperactivité et des conseils d’une psychologue pour aider les parents. L’histoire est magnifique, les personnages sont attachants et les illustrations sont douces. Une recette gagnante pour capter l’attention de vos tout-petits. Une collection magnifique qui aidera grandement les familles à mieux vivre avec cette réalité. Dès 3 ans.ParValérie Morais (Côte-Nord) - 30 mai 2020

Ma vie de jello mou

Cette suite de Ma vie de gâteau sec est tout aussi bonne que le premier tome. On y suit toujours Louane dans sa quête de soi et sa construction de son estime d’elle-même. Ses aventures se poursuivent dans une nouvelle école où elle développe de nouvelles amitiés et de nouveaux passe-temps, ce qui ne plaît pas à tout le monde. Il s’agit d’un livre jeunesse qui décrit si bien la réalité à l’école secondaire. Des sujets tels que l’anxiété, l’amour, l’intimidation et l’affirmation de soi y sont traités avec justesse et légèreté, ainsi qu’un humour tellement agréable! Dès 10 ansParJoëlle Soumis - 30 mai 2020

Mayapur

L’auteur québécois François Gilbert nous offre le troisième et dernier tome de cette trilogie pour adolescents. Ainsi, après Hare Krishna et Hare Rama, nous y retrouvons le personnage principal de Mikael maintenant âgé de 19 ans. Celui-ci continue sa quête spirituelle et identitaire auprès de son amoureuse Johanna. Ils entreprendront un voyage en Inde pour se rendre à la capitale des Krishnas : Mayapur. Par contre, leur plan initial sera confronté à une impasse, et ce qui devait être une petite escale deviendra un problème. Mikael n’est plus le même jeune homme que nous avons connu dans les deux précédents romans. Cette fois-ci, il vivra plusieurs épreuves qui le tirailleront entre ses désirs et ses valeurs. Ce livre, qui clôt parfaitement cette série, nous démontre l’importance d’écouter notre petite voix intérieure et de croire en nos capacités. Dès 13 ansParÉmilie Bolduc (Le Fureteur) - 30 mai 2020

Les sept maris d’Evelyn Hugo

Quand j’ai ouvert Les sept maris d’Evelyn Hugo, je ne m’attendais pas à sortir de cette lecture aussi… émue. J’ai été touchée par le développement de l’histoire ainsi que par ses dévoilements toujours bien placés, sans sensationnalisme. Le personnage d’Evelyn est haut en couleur, pertinent et avant-gardiste. Je l’ai adoptée dès les premières pages et, plus le récit avançait, plus j’apprenais à l’aimer, avec toutes ses facettes. Elle nous raconte son histoire avec tellement de réalisme que je me suis quasiment convaincue que je lisais les vraies confessions d’une ancienne actrice réputée. De plus, j’aime l’importance des sujets amenés dans ce roman tout autant que la magnifique histoire d’amour qui a su ressortir de ces sept mariages.  ParJustine Saint-Pierre (du Portage) - 14 avril 2020

Vorrh

Il est dit que le soleil ne se couche jamais sur l’Empire britannique. Si étendue soit l’emprise de l’Empire, toutefois, le monde reste parsemé d’enclaves obscures, qui, bien qu’elles lui appartiennent en théorie, ne se laisseront jamais posséder. La Vorrh est l’une de ces zones insaisissables. On n’entre pas impunément dans cette forêt primitive et légendaire, payant son passage en y sacrifiant son esprit ou sa vie. Sculpteur d’appareils et de corps étranges, Brian Catling tisse la trame d’une trilogie de fantasy chimérique, confrontant les anciennes mythologies à l’aune des nouvelles. Un nouveau classique au souffle puissant, qui décoiffe et dépoussière le genre. Vous qui pénétrez la Vorrh, abandonnez tout espoir...  ParÉmilie Roy-Brière (Pantoute) - 14 avril 2020

Apprivoiser la mort

Que l’on soit en quête de réponses concernant la vie après la mort ou tout simplement adepte de médiumnité, le dernier livre de Marylène Coulombe se présente comme un véritable guide, basé sur l’information qu’elle a obtenue à travers ses nombreuses consultations. L’auteure nous expose les étapes suivant le décès d’une personne, qui se traduisent en fait comme les différents plans spirituels où l’âme peut évoluer après son trépas. L’ouvrage aborde aussi des questions délicates telles que les morts subites, le suicide assisté et le coma, éclairant alors le lecteur sur les conséquences éventuelles que ces situations peuvent entraîner dans l’au-delà. Une lecture pleine de bons conseils pour ceux qui accompagnent un proche en fin de vie.ParLaurence Primeau (Poirier) - 14 avril 2020

Sugar run

Après dix-huit ans derrière les barreaux, Jodi est remise en liberté. Enfermée à 17 ans, elle se découvre étourdie par sa liberté nouvelle. Alternant entre le passé et le présent, on saisit bien vite que peu importe le moment, Jodi se laisse entraîner par l’enivrante illusion amoureuse et la nonchalance provoquée par les drogues qu’elle se procure. Enchaînée par la culpabilité et par une promesse, elle veut vivre dans la maison de son enfance, à l’abri de ce monde sans compassion. Mesha Maren évoque une Amérique paumée, peu à l’écoute de ceux et celles qui veulent une deuxième chance. La plume incisive et juste, la construction soignée et précise du texte ainsi que cette atmosphère un peu sauvage qui plane font ce de roman une ode à la rédemption.  ParChantal Fontaine (Moderne) - 14 avril 2020

Et arrivées au bout nous prendrons racine

Dans ce recueil aux effluves de vent, de bleuets et d’aspic, nous sommes entraînés dans un village au loin, au Nord, qui recèle autant de vastes espaces que d’expériences précises, intimes. Moments familiaux, moments dans la maisonnée, moments au grand air : « tu me berces toujours salée / avec tes chansons bleues de mer ». Intelligente, douce et chaleureuse, la poésie de Gauthier-Landry nous pousse à regarder les racines sur lesquelles nous marchons.ParJosée-Anne Paradis (Les libraires) - 14 avril 2020

Nous sommes tous des féministes

Nous sommes tous des féministes, le texte du discours de Chimamanda Ngozi Adichie, a enfin été adapté pour les enfants et enrichi d’illustrations aux couleurs vives. L’auteure explique aux jeunes le féminisme, bien sûr, mais surtout les gestes du quotidien qui font en sorte que les femmes sont moins considérées que les hommes. À l’aide d’anecdotes et d’exemples tirés de sa propre vie, elle témoigne du cheminement de sa pensée et des constats qu’elle a émis face aux comportements acquis, et elle invite les gens à modifier ceux-ci grâce, entre autres, à l’éducation. Avec intelligence et sans complaisance, l’auteure s’adresse aux filles et aux garçons pour qu’ils soient les moteurs du changement; pour qu’ils bousculent la culture dominante afin de bâtir un monde plus égalitaire. Dès 10 ansParChantal Fontaine (Moderne) - 14 avril 2020

On tue…

L’inspecteur Dufaux est de retour dans ce roman au parfum d’actualité. Cette fois, son équipe et lui doivent résoudre une série de meurtres étranges, dans lesquels le tueur semble vouloir faire la leçon. Pelletier explore les aspects les plus troublants de la société, et c’est ce qui rend cette lecture aussi compulsive. Ici, il remet en question la moralité des moyens dans un combat dont la vertu n’est pourtant pas à démontrer. Le lecteur est alors tiraillé en tant que témoin extérieur. Comme toujours, Pelletier réussit à mettre en scène, en filigrane, le discours des médias. Le génie de l’auteur est de ne jamais perdre le fil de son récit tout en nous donnant matière à réflexion. Sordide, peut-être, mais aussi remarquable.ParJérôme Vermette (La Liberté) - 14 avril 2020

Suivez-nous

42,590FansJ'aime
11,125AbonnésSuivre
11,257AbonnésSuivre

Inscrivez-vous à notre infolettre