Dossier

Entrevues

Articles

Chroniques

« Je n’ai jamais lu Baudelaire »

La nouvelle collection « Draisine » chez XYZ porte magnifiquement son nom. Tel un véhicule, chaque petit livre nous amène ou nous ramène vers un roman. Dans le cas présent, il s’agit d’une nouvelle autour du roman À train perdu. Gladys aboutit en train à Clova pour mourir en paix, mais l’histoire est racontée par ce bouquiniste récemment arrivé au même endroit. Ayant hérité de la maison de son frère, celui-ci pose un regard inquisiteur sur les événements tout en se créant malgré lui des liens d’amitié avec des gens étonnants. La courte nouvelle complète le roman et apporte au lecteur un plaisir assuré. On y entend presque le touk-e-touk du train.

On a tout l’automne

Juliana Léveillé-Trudel a ce don pour donner le goût d’aller voir Salluit, dans le Grand Nord québécois. Par ses yeux, on décèle la beauté de ce lieu si loin, et pourtant si près… La beauté des paysages, oui, mais aussi celle de ses habitants, jeunes et vieux, tableau qu’elle arrive à nous présenter par le biais de ces enfants qui doivent faire de la poésie en inuttitut, que la protagoniste aura à traduire, et par le biais des personnages de Maggie, cette ado en quête d’elle-même, de Mary et de la matriarche Aida. Je dois avouer que c’est un livre que j’aimerais entendre, tant les langues s’y mélangent et forment des ponts entre les cultures. C’est un roman doux et calme, qui nous dévoile un pan de vie de Salluit, vu par une fille du sud qui tente de tout comprendre.
Publicité