Sébastien Chabot présente son nouveau livre: Le Chant des mouches

15

Révélé grâce à Ma mère est une marmotte et L’Angoisse des poulets sans plumes (Prix Jovette-Bernier 2006), Sébastien Chabot compte parmi les plus beaux espoirs de la génération montante en littérature québécoise.

Imaginez les yeux d’une mouche de taille humaine. Qui pourrait résister à son regard? Et si cette Petite Mouche était malade? Oserions-nous bourdonner un air de Parsifal pour la consoler, lui prendre la tête entre nos mains et embrasser sa trompe? On n’écoute pas assez les mouches qui parlent avec l’insistance des acouphènes. Il existe des chorales de drosophiles qui chantent le Canton du Matalik, une histoire de jumeaux séparés à la naissance par un père amoureux de la Petite Mouche malade. Ce qu’ils deviennent en grandissant, l’un compositeur à la tête triste, l’autre curé aux mains brisées par une enfance sans le moindre ours en peluche, défraie encore la chronique du Canton. Le vol brisé des
mouches annonce l’échec de la Réconciliation entre les habitants de Sainte-Souffrance, déchirés par la présence d’un Trou au coeur de leur village et de leur identité. Pendant ce temps, un curieux Ministère fait tout pour empêcher la construction d’un pont entre les deux rives du gouffre, entre les deux frères qui ne se connaissent pas. Et lorsque les Souffretins auront fini de se dévorer, les mouches liront ce livre et aimeront s’entendre chanter au fil des pages.

Bibliographie :
Le Chant des mouches, Alto, 22,95$

Publicité