Alain Ulysse Tremblay présente son nouveau livre La Valse des bâtards

2
Auteur de 11 romans pour jeunes ou pour adultes, Alain Ulysse Tremblay n'a jamais eu coutume de mettre des gants blancs; ce n'est, bien sûr, pas davantage le cas dans ce livre coup-de-poing, chargé de vérités crues et nécessaires.

Au journal de rue L’Itinéraire, je donnais, à la fin des années 1990, un atelier d’écriture. Six, parfois sept personnes s’y inscrivaient. Nous avions le mandat de produire des cahiers spéciaux thématiques. Après avoir travaillé sur les drogues — en s’amusant avec sobriété, il faut le dire — nous nous sommes attaqués au temps des fêtes — sujet beaucoup plus épineux.

J’ai demandé à chacun d’écrire son plus beau souvenir. Tout le monde s’y est mis, sauf un. Un jeune près de la vingtaine qui lisait Par-delà bien et mal de Nietzsche. Pourquoi? lui ai-je demandé. «Ma mère s’est suicidée un soir de Noël, m’a-t-il répondu. Alors, pour moi, les fêtes, tu comprendras…»

J’ai surtout compris que c’est l’abandon qui pave l’insoutenable. On te lâche la main et te voici fin seul. Tu peux crier, hurler, pleurer, mordre ou geindre, sans main tendue tu es perdu. C’est ce que j’ai voulu raconter dans La Valse des bâtards, en m’inspirant des témoignages, des histoires et des perceptions des vrais acteurs de cette réalité de laquelle il est si commode de détourner le regard.

Bibliographie :
La Valse des bâtards, Alain Ulysse Tremblay, Les 400 coups, coll. Coups de tête, 112 p., 10,95$

Publicité