Google Beauvoir

7

Simone de Beauvoir aurait eu 106 ans aujourd’hui, 9 janvier 2014. Google en a d’ailleurs fait son effigie pour le jour. Voici cinq ouvrages sur cette grande dame de lettres et d’idées.

(Les résumés sont ceux des éditeurs.)

1. Beauvoir – Collectif (Cahiers de L’Herne no 10)

Sans renier pour autant son statut d’icône féministe, L’Herne a voulu restituer à Simone de Beauvoir toute sa dimension d’écrivain. Ce Cahier tente d’éclairer les différents genres dans lesquels son talent s’est exercé et souligne un travail d’écriture souvent méconnu.
La publication d’extraits de romans de jeunesse inédits, la découverte de manuscrits dont l’analyse permet de relire autrement romans, nouvelles et autobiographies, révèlent la constance d‘une vocation et le souci obstiné de la solution littéraire adéquate. Refusant les excès du tout biographique, ce Cahier offre néanmoins aux lecteurs des correspondances inédites, qui font le point sur les relations inventives que Simone de Beauvoir noua avec ses amours et ses amis.

2. Simone de Beauvoir et les femmes aujourd’hui – Claudine Monteil (Odile Jacob)

Signataire en 1971 du Manifeste des 343 en faveur de l’avortement libre, Claudine Monteil a eu la chance de militer aux côtés de Simone de Beauvoir pour les droits des femmes. S’adressant à celle qu’elle a si bien connue, elle fait le point sur la marche des femmes vers plus d’autonomie et un plus grand épanouissement dans un monde plus juste. Croire en son talent, en sa force : n’est-ce pas ce qui compte plus que jamais ? C’est en tout cas le message que distillent les portraits et les parcours que propose ici Claudine Monteil, ceux de femmes d’Europe, d’Inde, d’Afrique ou des États-Unis, agricultrices ou entrepreneures, charcutières ou diplomates, artistes ou médecins, femmes de pêcheurs ou scientifiques, qui révèlent ce qu’être femme veut dire soixante ans après la publication du Deuxième Sexe.

3. L’empreinte Beauvoir -Des écrivains racontent – Liliane Lazar (L’Harmattan)

Liliane Lazar a rencontré et interviewé des écrivaines féministes, Elisabeth Badinter, Dominique Desanti, Benoîte Groult, Eliane Tabone-Lecarme, Claudine Monteil, Danièle Salenave, Anne Zelenski, ainsi que des amies qui ont eu des liens très proches avec Simone de Beauvoir pendant plus de trente ans. Deux sartriens ont aussi donné leur point de vue : Michel Contat et Bernard-Henri Lévy. A travers leurs réactions, cet ouvrage se propose d’enrichir le portrait d’une femme engagée et contestée qui a marqué le vingtième siècle.

4. Entretiens avec Simone de Beauvoir – Alice Schwarzer (Mercure de France)

Interrogée, entre 1972 et 1982, par Alice Schwarzer, journaliste, chef de file des féministes allemandes et amie proche, Simone de Beauvoir raconte son engagement dans la lutte pour les droits des femmes, relate les actions qu’elle a menées, parle d’amour, de politique, de sexualité, de maternité, du travail féminin et du pacifisme, s’insurge contre l’idée d’un « éternel féminin » et celle d’une « supériorité des femmes ». Elle répond aussi à des questions très personnelles : l’intellectuelle n’en est pas moins une femme qui aime – Jean-Paul Sartre participe à l’un des entretiens -, travaille (beaucoup), se voit vieillir et souffre. Elle a le culte de l’amitié et, le confesse, un caractère très absolu. Des années plus tard, la plupart des revendications et des constatations sur la place de la femme dans la société, la solitude de la vieillesse ou encore la recherche d’un équilibre en amour sont toujours d’une actualité frappante.

5. Simone de Beauvoir – Huguette Bouchardeau (Flammarion)

Simone de Beauvoir a marqué le XXe siècle, et singulièrement les femmes, par les livres qu’elle a écrits. Une personnalité qui vivait avec avidité ses passions : les voyages et les découvertes de toute sorte, les rencontres bien sûr mais aussi les livres, le cinéma, le théâtre, la peinture, et plus encore la musique dont elle était devenue avec Sartre une véritable connaisseuse . Tout ceci joint à une autre passion qui peut paraître contradictoire des précédentes, celle de tout maîtriser avec une rigueur absolue : le temps accordé à chacune et à chacun, les textes à comprendre et à retravailler, les budgets, le rythme des vacances… Ce dernier caractère (sa schizophrénie , disait Sartre) lui donnant cet aspect un peu austère qui fut souvent interprété comme de la rigidité. Alors qu’elle sut être, de manière discrète, généreuse avec des inconnus, et adorée de ses amis. Tout l’intérêt de cette biographie passionnante que propose Huguette Bouchardeau est justement de rendre sensible la complexité de l’auteur du Deuxième Sexe et des Mandarins, et d’approcher au plus près sa profonde humanité.

ibeaulieu@leslibraires.ca

Publicité