Les libraires conseillent : sélection de septembre 2015

5

Chaque mois, nos libraires indépendants vous proposent cinq livres à dévorer. 

« Les libraires conseillent », cette initiative des Librairies indépendantes du Québec, plaira aux lecteurs avides de suggestions. En effet, chaque mois, un comité formé d’une quinzaine de libraires établit, après moult discussions passionnées et passionnantes, une sélection de cinq livres. Essais, BD, romans jeunesse ou pour adultes, d’ici comme d’ailleurs, ces cinq livres seront mis de l’avant dans les librairies de notre réseau, et dont vous trouverez la liste ici : www.leslibraires.ca.

Cette initiative est non seulement une belle occasion de promouvoir des livres jugés particulièrement remarquables, mais aussi de valoriser le rôle primordial du libraire.

Voici la sélection de septembre :



Journal d’un étudiant en histoire de l’art
Maxime Olivier Moutier (Marchand de feuilles)

« Dixième roman de Maxime Olivier Moutier, Journal d’un étudiant en histoire de l’art est à lire autant pour son récit addictif que pour les réflexions pertinentes qu’il offre sur l’art. J’ai adoré son côté réaliste et un brin délirant! »
Audrey Martel, librairie l’Exèdre (Trois-Rivières) 

 

Vilnius Poker
Ricardas Gavelis (Monsieur Toussaint Louverture)

« Véritable chef-d’œuvre, voyage hallucinatoire dans les rues de Vilnius, témoin vivant de l’histoire de l’occupation soviétique en Lituanie, Vilnius Poker est un roman à quatre voix dont celle de Vytautas Vargalys, bibliothécaire rescapé du goulag, qui séduit, dérange, traque son lecteur, qui se questionne sur l’importance du souvenir, du sentiment de liberté, du legs, du traumatisme qui fait défaillir tout homme victime de la monstruosité humaine. Un livre puissant brillamment choisi et édité par Monsieur Toussaint Louverture. »
Dominique Janelle, librairie TULITU (Bruxelles)

 

Boussole
Mathias Énard (Actes Sud)

« Boussole nous amène à partager une nuit d’insomnie avec Franz Ritter, musicologue autrichien dans son appartement de Vienne. À travers ces heures, c’est presque toute la vie de Franz qui se déroule devant nous. On partage ses amours, ses voyages, son adoration de l’Orient, de Sarah, d’Istanbul et de son opium, de Palmyre et de ses ruines, toutes ces choses trouvées par une boussole brisée qui pointe encore et toujours vers l’Est, insaisissable. Un grand livre d’un grand auteur, mon coup de cœur de la rentrée. »
Jean-Philip Guy, librairie du soleil (Ottawa)

 

L’année la plus longue
Daniel Grenier (Le Quartanier)

« Très belle surprise que ce roman de Daniel Grenier. Après un excellent recueil de nouvelles, voici un premier roman réussi et palpitant. Aimé, le personnage principal, est né un 29 février et le sort fait qu’il ne vieillit d’un an que tous les quatre ans. Le livre nous est livré par tableaux disséminés à travers le temps, des années 1700 à aujourd’hui. Et de pièce en pièce, comme un puzzle, l’image finale se profile avec son lot de surprises. Les faits historiques sont scrupuleusement respectés et les personnages ont une profondeur étonnante. Un livre à ne pas manquer pour la rentrée littéraire! »
Shannon Desbiens, librairie Les Bouquinistes (Chicoutimi)

 

Toute la lumière que nous ne pouvons voir
Anthony Doerr (Albin Michel)

« Pendant la Seconde Guerre mondiale, Marie-Laure, une jeune fille de 16 ans, qui a appris à vivre sans voir, et Werner, un Allemand orphelin, enrôlé dans l’armée de son pays pour ses talents exceptionnels en physique, se retrouvent à Saint-Malo, au cœur de la guerre et des bombardements. Deux destins qui ne devaient pas se croiser, et pourtant… Toute la lumière que nous ne pouvons voir est une réflexion sur la frontière entre le bien et le mal, le rôle des hommes au service d’une cause qui les dépasse, la preuve que même les heures les plus sombres ne pourront parvenir à détruire la beauté du monde. »
Louise Chamberland, librairie L’Option (La Pocatière)

Publicité