Un inédit de Gaétan Soucy

5

Gaétan Soucy a écrit le livre N’oublie pas, s’il te plaît, que je t’aime (Noir sur blanc) deux ans avant de mourir en juillet 2013 d’une crise cardiaque. Il prévoyait d’ailleurs le faire paraître ce printemps. Son souhait est maintenant exaucé.

Ce texte présente une lettre d’un professeur épris d’une étudiante, qui a malheureusement déjà coupé les ponts avec lui. Il s’agit d’« un archéologue amoureux qui explore l’idéal humain ». L’auteur de La petite fille qui aimait trop les allumettes avait entrepris d’écrire la réponse de l’étudiante. Comme il n’a pas eu le temps d’achever cette réponse, son éditrice a invité quatre écrivains à l’imaginer. Suzanne Côté-Martin, Pierre Jourde, Catherine Mavrikakis et Sylvain Trudel signent donc une lettre en se glissant dans la peau de l’étudiante aimée.

Un amour absolu se dessine dans cet inédit qui décortique le sentiment amoureux de façon admirable et qui s’avère donc une intense œuvre posthume; Gaétan Soucy qualifiait ce texte
« d’une charge émotive immense ». 

Publicité