Articles

Essai québécois

Le libraire - Numéro 78
Nos nouvelles plumes: Essais

Nos nouvelles plumes: Essais

Par Dominique Lemieux, Les libraires, publié le 06/09/2013

C’est grisés de plaisir que nous avons dévoré ces premiers ouvrages et nous vous souhaitons, chers lecteurs, de vivre à votre tour cette sensation enivrante que procure une découverte inattendue. Cet automne, laissez-vous chatouiller par de nouvelles plumes!

Robert Fowler
Ma saison en enfer (Québec Amérique)

Décembre 2008 : le diplomate canadien Robert Fowler et son collègue Louis Guay sont kidnappés au Niger par un groupe lié à Al-Qaïda. Désorientés, terrorisés, ils combattent l’insécurité, la peur de mourir, la crainte de souffrir. Pendant 130 jours, les deux hommes sont détenus au cœur du désert du Sahara. Ce témoignage troublant au milieu de l’enfer permet de comprendre les circonstances de leur arrestation, de déchiffrer leurs difficiles conditions de détention et de mettre un visage sur leurs ravisseurs. Cette histoire effroyable démontre la force de l’esprit humain, même lorsqu’on est abandonné à soi-même. Ici, l’histoire finit bien. Ce n’est pas toujours le cas. D’ailleurs, Fowler dédie son ouvrage à tous ceux et celles qui ne peuvent rentrer à la maison… 

 

Gabriel Nadeau-Dubois
Tenir tête (Lux)

Rarement figure publique aura autant polarisé l’opinion publique québécoise. Vénéré par les uns, honni par les autres, Gabriel Nadeau-Dubois est devenu le visage du printemps érable, le symbole engagé et articulé de sa génération. L’ancien coporte-parole de la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE), diplômé de l’UQAM en histoire, culture et société et actuel étudiant en philosophie à l’Université de Montréal, raconte son expérience de la grève étudiante et réfléchit à ses enjeux. Ce court récit raconte le conflit par les yeux de l’un de ses principaux acteurs. L’automne 2013, à l’image du printemps 2012, pourrait bien être marqué du sceau Nadeau-Dubois.

 

Terry Gould
Meurtres sans frontières (PUL)

Colombie, Irak, Bangladesh, Philippines et Russie. Ces cinq pays trônent au sommet de la triste liste des endroits où les journalistes risquent le plus d’être assassinés dans l’exercice de leurs fonctions. Défendre le droit du public à l’information, révéler les actions et décisions controversées des autorités, lutter contre la criminalité : tout cela demande parfois beaucoup de bravoure. Le journaliste d’enquête Terry Gould, traduit pour la première fois en français, s’est rendu dans les pays concernés pour dresser le portrait d’individus qui ont perdu la vie pour avoir fouillé un peu trop loin… On met ainsi des visages sur ceux et celles qui luttent à leur façon pour un meilleur monde. Ces saisissants portraits remplis d’humanité vous laisseront ému.

Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Articles
  3. Essai québécois
  4. Nos nouvelles plumes: Essais