Actualités

Nos thématiques

exclusif au web
Séries – quatrième duel : Isabelle Bolduc contre Denis Gamache

Séries – quatrième duel : Isabelle Bolduc contre Denis Gamache

Par Les libraires, publié le 03/05/2017

Maintenant que nos Glorieux sont éliminés, certains ont tiré un trait sur les séries éliminatoires. Qu’à cela ne tienne, les libraires poursuivent l’aventure… Cette semaine, la Rocket de Rouyn-Noranda, Isabelle Bolduc de la librairie Service scolaire, affronte la Menace de Saint-Jean-sur-Richelieu, Denis Gamache de la librairie Au carrefour. Voici les titres qu’ils défendent, et pour lesquels vous êtes appelés à voter :

 

Le choix d’Isabelle Bolduc – librairie Service scolaire (Rouyn-Noranda)
Ping Pong
de Zviane (Pow Pow)

Zviane est une bédéiste québécoise que j’adore. Son œuvre a quelque chose de très musical, très rythmé, qui transforme la lecture de ses BD en une expérience.

J’ai découvert Ping-Pong lors de sa réédition – elle l’avait auparavant publié à compte d’auteur –  chez Pow Pow en 2015, dans une version commentée. Présentée comme « un espace commun de réflexion où tout le monde se renvoyait la balle » et ayant comme point de départ la musique, cette version commentée est encore plus intéressante, puisque nous avons en marge les notes de la propre relecture de Zviane, et l’intervention de plusieurs bédéistes connus qui participent à la réflexion (d’où l’espace commun). Une vraie partie de ping-pong, puisqu’ils interagissent entre eux. C’est l’occasion de (re)découvrir Jimmy Beaulieu, Jean-Paul Eid, Cathon, Réal Godbout, Richard Suicide, Yves Pelletier, Pascal Girard, Francis Desharnais, et j’en passe!

Ping-Pong, en gros, c’est un voyage dans la tête de Zviane. Certains passages sont plus personnels, comme lorsqu’elle nous parle de ses doutes et difficultés lors des périodes de création. Ça nous interpelle, on ne cherche pas de réponse, on poursuit la réflexion, mais sans être trop lourd.

Finalement, Ping-Pong pour moi, c’est un peu comme aller prendre un café avec Zviane. C’est drôle, érudit sans trop se prendre au sérieux, on réfléchit, on apprend plein de choses et on referme le livre le sourire aux lèvres avec l’impression d’avoir participé à l’œuvre. À lire, et à relire!

Ping Pong
Zviane
Pow Pow, 2015

 
 

Le choix de Denis Gamache – librairie Au carrefour (Saint-Jean-sur-Richelieu)
La femme qui fuit d’Anaïs Barbeau-Lavalette (Marchand de feuilles)

J’en conviens, le choix de La femme qui fuit devrait être passible d’une pénalité pour bâton élevé : ce roman est tellement hors du commun qu’il devrait être banni de la ligue. Certains libraires iraient peut-être même jusqu’à se plaindre de l’abus de sa popularité, tout comme P.K. Subban par certains partisans de la Sainte-Flanelle.

Ceci dit, plusieurs raisons font du roman d’Anaïs Barbeau-Lavalette le meilleur choix pour un premier trio : déjà, l’écriture toute en finesse, le don pour les images fortes. L’auteure a assurément un talent incomparable pour nous faire vivre de vives émotions avec les mots justes. Vient ensuite l’universalité du propos : la filiation, la maternité; des sujets qui touchent tout être humain, d’une manière ou d’une autre. Finalement, la matière historique enfouie profondément dans notre inconscient collectif et déployée d’une façon si personnelle par la petite-fille de grands personnages de notre patrimoine. L’émancipation des femmes, la Grande Noirceur, la Révolution tranquille, l’histoire des arts au Québec : tous de grands sujets explorés avec lucidité d’une manière touchante. En fait, tout cela fait de La femme qui fuit un classique instantané de la littérature québécoise.

Près de deux ans après sa publication, il a déjà remporté plusieurs prix, dont le Prix des Libraires du Québec, et fait déjà jaser dans les chaumières des vieux pays. Définitivement l’étoile de la partie.

La femme qui fuit
Anaïs Barbeau-Lavalette
Marchand de feuilles

 

 

 

 

 



Pour rappel, voici le concept : trois rondes (quart de finale, demi-finale, finale); huit libraires de partout au Québec ayant chacun sélectionné un incontournable de la littérature québécoise qu’ils sont prêts à défendre coûte que coûte; un public – déchaîné – appelé à voter sur notre page Facebook pour choisir le gagnant de chaque duel. Les séries culmineront avec la grande finale le 24 mai prochain. Sera alors couronné l’incontournable québécois 2017. 

 

 

Votez pour votre favori sur Facebook

 
 
 

 

 

En complément :
Le premier duel
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Nos thématiques
  4. Séries – quatrième duel : Isabelle Bolduc contre Denis Gamache