Actualités

Nos thématiques

exclusif au web
12 romans québécois qui rendent hommage aux livres

12 romans québécois qui rendent hommage aux livres

Par François-Alexandre Bourbeau, Liber, publié le 08/08/2018

Pour une cinquième année, le réseau Les libraires est fier de supporter l'initiative « Le 12 août, j'achète un livre québécois ». 

Dès le 1er août, visitez chaque jour cette page pour découvrir des suggestions de lectures concoctées par les indépendants. Une sélection vous sera dévoilée chaque jour!

Vous pouvez également consulter le carnet thématique sur les incontournables de la littérature québécoise

Quel que soit votre choix, nous vous invitons à visiter votre libraire indépendant ou à vous rendre sur le site leslibraires.ca!

Quel(s) livre(s) trouvera le chemin jusqu’à vos mains?
Venez nous montrer vos livres québécois sur Facebook ou Instagram en utilisant le mot-clic #12aoûtchezlesindépendants!

Événement Facebook

#12aoûtchezlesindépendants

 

****

Une sélection de François-Alexandre Bourbeau, librairie Liber (New Richmond)


La revanche de l’écrivaine fantôme

David Turgeon (Le Quartanier)
Seuls survivants d’un déraillement de train et isolés au beau milieu de nulle part, un bédéiste et une passagère discutent. Il lui décrit entre autres son projet de prochaine œuvre, que l’on découvrira (et habitera) avec eux. Déroutant, ce deuxième tome d’une tétralogie protéiforme sur le milieu littéraire et ses acteurs accumule les mises en abyme et nous dirige à sa guise.

 

Un jardin de papier
Thomas Wharton (Alto)
Dans une librairie en ruines, à l’aube de la prise de Québec par les Britanniques, un soldat rencontre une jeune fille veillant sur les vestiges d’une poignée de livres. Elle lui raconte un récit baroque, gigogne, où l’on suit un jeune imprimeur chargé de la folle tâche de concevoir un livre infini. Son travail acharné le mènera de par le monde, pourchassé par de sombres ennemis, et son héritage se fera sentir au fil des générations.

 

Le continent de plastique
David Turgeon (Le Quartanier)

Troisième volet de la série littéraire de Turgeon, où l’on suit l’assistant d’un grand auteur qui, non satisfait de prêter main-forte au maître, rêve de briller sur la scène livresque tandis que quelques-uns de ses amis, eux aussi écrivains mais accusés de plagiat, tentent de faire renaître un courant littéraire de leurs années collégiales. Les clins d’œil aux autres tomes de la série sont savoureux!

 

L’empereur de Paris
Charles Scott Richardson (Alto)
Doux récit à saveur de brioche et de café, sur trame d’Occupation française et de restauration d’œuvres d’art abîmées. Un boulanger et son fils, quoiqu’analphabètes, nourrissent une passion pour les livres et leurs couvertures, leur odeur, leur texture. Hommage au livre, à la délicatesse et à la solidarité.

 

Logogryphe
Thomas Wharton (Alto)
Perception onirique de la lecture sous laquelle toute œuvre est infinie, multidimensionnelle et se multiplie en fractales. Wharton signe un recueil de nouvelles qui donne vie au papier et fait interagir le lecteur en tant que protagoniste. Pari audacieux remporté haut la main!

 

La raison vient à Carolus
David Turgeon (Le Quartanier)
Une pléthore de boîtes récupérées chez un ami d’enfance ténébreux, dernièrement disparu, contiennent l’œuvre d’une vie : croquis, passages de journaux intimes, théories mathématiques, réflexions et fragments destinés à la conception d’un livre hélas inachevé. Le protagoniste tentera de déchiffrer les secrets qu’a bien voulu lui laisser son ami en assemblant des bribes d’apparence confuse.

 

Au péril de la mer
Dominique Fortier (Alto)
Une jeune mère retourne au Mont-Saint-Michel afin de poursuivre l’écriture d’un récit s’y déroulant, histoire parallèle à la trame principale dans laquelle un peintre s’exile sur l’îlot et devient copiste lorsque la fille qu’il aime meurt. Roman poétique parfumé d’embruns salés et de notes florales, bercé par le ressac.

 

L’encyclopédie du petit cercle
Nicolas Dickner (L’instant même)
On entrevoit un livre qui s’invente au fur et à mesure, des personnages qui apparaissent et disparaissent aussitôt, des époques changeantes et des variations de tout genre. Nicolas Dickner dessine avec cette plaquette colorée et éclatée la cartographie de son imagination, un paysage littéraire foisonnant.

 

Les querelleurs
France Théoret (La Peuplade)
Lorsqu’un éditeur est contraint de publier sans l’accord de l’auteur une édition revue et augmentée de son chef-d’œuvre, les deux hommes se livrent une guerre juridique et morale. Ils en feront le combat de leur vie, spectateurs de leur propre perdition. France Théoret jette un regard critique sur l’appropriation intellectuelle, parfois involontaire, de l’œuvre d’autrui.

 

La traduction est une histoire d’amour
Jacques Poulin (Leméac)
Romance inusitée entre un écrivain et sa traductrice, le tout campé sur l’île d’Orléans. Récit douillet, ode à la lenteur et à la lumière, aux mots et à leurs mondes.

 

Ce sera tout
Michel Gay (VLB éditeur)
Bouquin qui joue le double rôle de roman à part entière et de métaroman, celui-ci sous forme d’épreuve de prépublication à l’état brut, dûment annotée par l’éditeur, les réviseurs, l’infographiste et l’auteur lui-même. Ratures, corrections, commentaires, réflexions, notes de bas de page... Toute la joyeuse compagnie y passe! Avec humour, Michel Gay nous fait vivre les joies et les frustrations de l’écrivain et des autres acteurs de la scène littéraire. Un livre labyrinthe!

 

La tournée d’automne
Jacques Poulin (Leméac)
Des arbres aux teintes de soufre et de sang, un bibliobus rempli de livres, la longue route, les paysages québécois vus derrière un filtre sépia, des rencontres inoubliables... Jacques Poulin signe une douceur livresque empreinte de nostalgie et de poésie, parfumée de l’odeur du papier et du grand air.

 
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Nos thématiques
  4. 12 romans québécois qui rendent hommage aux livres