Immortel Prévert, éternel ami de l’enfant

6
Fragilité de l'enfance, univers de tous les possibles: Jacques Prévert est sans doute le poète qui s'est le plus abandonné à cette période de la vie. Trente ans après sa disparition, l'homme consacré au 7e art comme à la littérature renaît de mille couleurs à travers la réédition de cinq albums parus tout récemment chez Gallimard Jeunesse: Balades, L'Opéra de la Lune, Le Cancre, Page d'écriture et En sortant de l'école. Place à l'école buissonnière dans l'imaginaire foisonnant de Prévert.

Enfant rêveur à la lune
Lorsqu’on parcourt les cinq albums admirablement illustrés par Jacqueline Duhême, complice et âme sœur artistique de Prévert, on constate que l’enfance se définit tel un royaume. Un univers précieux, inaccessible aux conformistes adultes, hermétique à toutes normes, à toutes lois. L’Opéra de la Lune est sans contredit la porte d’entrée idéale du merveilleux de Prévert. Une œuvre tout à fait exceptionnelle, destinée à Jacqueline Duhême. Fameux texte par son histoire, puisque l’album a connu trois publications depuis le 20 novembre 1953, date de la première sortie à Lausanne sous les presses des Imprimeries réunies. En 1974, c’est Nathan qui fait renaître l’Opéra puis, en 2007, Gallimard Jeunesse présente aux lecteurs une édition renouvelée. La page couverture laisse désormais une place de choix à l’Opéra de Paris et son toit vert, un édifice ayant toujours fasciné le poète. Pour Anne de Bouchony, éditrice de Gallimard Jeunesse, c’est un réel bonheur d’avoir repris les droits de ce texte. «Comme Jacques le souhaitait», précise l’illustratrice clé des albums jeunesse de Prévert en conclusion de l’album.

Avec son Opéra, Michel Morin, le petit garçon de la lune, se laisse envahir par les rêves de l’astre nocturne. Malgré les assauts des adultes menaçant de «lui mettre du plomb dans la tête!», l’enfant s’imprègne de la nuit et de son rêve riche et éphémère. Prévert choisit la légèreté de l’être avant tout, les deux pieds sur terre ou dans le ciel. Son héros goûte aux délices que lui réserve la lune mais il n’en demeure pas moins un être fragile, sans parents. Lors de ses escapades « sur la lune, dans la lune », il côtoie deux enfants qui lui ressemblent fort: son papa, « un enfant de la lune » et sa maman, « une petite fille du soleil ». Le mal de vivre causé par la perte de l’être aimé n’a pas d’âge dans l’œuvre de Prévert, et les illustrations multicolores de Jacqueline Duhême émerveillent, soignent tel un baume sur le cœur et le souvenir.

Balades réunissant humains et animaux
«On ne le voyait jamais écrire. Il avait besoin de la journée pour avoir des contacts avec les gens avec qui il travaillait directement. L’essentiel de son œuvre se déroulait la nuit.» Tel est le souvenir de l’intime complice Jacqueline Duhême sur le travail de son ami poète, en avant-propos aux Balades. Le plus volumineux des albums, un format cahier de 30 textes, poèmes et histoires, composé d’extraits de Paroles (1949), Spectacle (1951), La Pluie et le Beau Temps (1955), Histoires (1963), Fatras (1966) et Soleil de nuit (1986), s’ouvre avec un scénario hilarant: Prosper aux enfers. La saga d’un ours blanc qui vivra l’enfer sur Terre, se suicidant par amour, puis aux cieux où diables ailés et autres créatures surréelles le persécutent. Seul l’amour de la petite ourse le délivrera, cet amour salvateur de Prévert qui prend ici tout son sens. L’amitié et l’ivresse traversent ces balades prévertiennes, deux antidotes à la succession des jours menant inéluctablement à la mort. Deux camarades escargots s’en allant à l’enterrement d’une feuille morte sont confrontés au déroulement des saisons. Pas si simple, pour eux, de se déplacer rapidement! Le temps ne s’arrête pas pour les bestioles, mais il est toujours temps de trinquer entre amis, sous la lune bienveillante.

L’enfant côtoie de près les animaux tout au long de ces balades, et les deux espèces partagent un langage commun que la grande personne ne parvient pas à décrypter. La figure du monsieur et de la madame, soucieux de leurs finances, de leur statut, et celle du commandant, pointilleux sur les salutations d’usage, ou du maître d’école qui s’en prend à l’élève-âne échappent à l’univers poétique de l’enfant et de ses petits amis à poils et plumes. Même la chèvre de monsieur Pablo se mêle des «affaires artistiques» de son maître. Le peintre est en constant émerveillement face au paysage qu’il modifie grâce à ses pinceaux. «Le paysage et tout cela est encadré et tout cela on l’emporte dans un musée. Je l’ai vu faire, c’est comme ça qu’il fait», dévoile la fameuse chèvre. Prévert voue un culte aux règnes animal et végétal, et cela transparaît dans les illustrations de Jacqueline Duhême. Fleurs des bois, papillons en folie, arbres feuillus, poissons et vagues en mouvement, fruits délicieux, oiseaux en vol constituent les éléments fondamentaux de toiles de fond poétiques où les enfants, garçons et filles de tous âges, de toutes origines, s’expriment en toute liberté. Même la baguette du maître d’école plie sous leur goût d’errer, de rêver. Qu’importe si «16 et 16 ne font rien et surtout pas 32 de toute façon et ils s’en vont ».

Réunification festive des albums jeunesse
Jacques Prévert quittait le monde des enfants le 11 avril 1977. Trois décennies plus tard, il était tout à fait dans l’air du temps de célébrer le poète des petits et des grands. Cette vague a mené à l’ambitieux projet de réédition des albums chez Gallimard Jeunesse. Comme ce marché n’est pas facile à développer, l’éditrice a souhaité aller de l’avant en 2007. D’autant plus que les demandes provenant des enseignants s’amplifiaient: tout concordait pour une sortie aussi spectaculaire. Aujourd’hui comme à l’époque, les enfants sont sensibles à l’œuvre de Prévert; il s’agit d’un pilier du panorama littéraire jeunesse, comme en témoigne Anne de Bouchony: «On constate un rayonnement durable des albums jeunesse de Prévert et pour preuve: depuis 30 ans, on estime à un million et demi le nombre d’exemplaires vendus.» Un succès rare dans le créneau jeunesse, résultat d’un travail de longue haleine de Gallimard dans cette démarche de réunification des titres sous une forme actua-lisée en 2007. C’est ainsi que trois albums également publiés cette année ont été envisagés, dans un format identique: Le Cancre, Page d’écriture et En sortant de l’école. Trois œuvres clés de Prévert issues de Paroles et d’Histoires. Le tandem Prévert-Duhême: immortel dans le cœur des enfants

Bibliographie :
L’Opéra de la Lune, Jacques Prévert (texte) et Jacqueline Duhême (ill.),Gallimard Jeunesse, coll. Albums jeunesse, 36 p., 22,50$
En sortant de l’école, Jacques Prévert (texte) et Jacqueline Duhême (ill.), Gallimard Jeunesse, coll. Albums jeunesse, 20 p., 21,95$
Page d’écriture, Jacques Prévert (texte) et Jacqueline Duhême (ill.), Gallimard Jeunesse, coll. Albums jeunesse, 20 p., 21,95$
Le Cancre, Jacques Prévert (texte) et Jacqueline Duhême (ill.), Gallimard Jeunesse, coll. Albums jeunesse, 28 p., 21,95$
Balades, Jacques Prévert (texte) et Jacqueline Duhême (ill.), Gallimard Jeunesse,
coll. Albums jeunesse, 144 p., 29,50$

Publicité