Décès de l’auteure québécoise Hélène Monette

26

C’est avec beaucoup d’émotions que nous apprenons le décès le 25 juin dernier de la romancière et poète québécoise Hélène Monette qui était atteinte d’un cancer. Elle venait d’avoir 55 ans le 11 juin. Elle a étudié en littérature, en histoire de l’art, en arts plastiques à l’Université du Québec à Montréal et à l’Université du Québec à Montréal. «Infatigable rebelle, habitée par un sens aigu de la justice et de la dignité humaine, Hélène Monette a donné une œuvre qui marie une grande exigence formelle à une bouleversante sensibilité à l’égard des plus faibles et des plus démunis», écrit la maison d’édition Boréal.

Dès Lettres insolites, son premier recueil de poésie publié aux Écrits des forges en 1990, elle apparaît parmi les finalistes pour le Prix Émile-Nelligan. Son roman Le goudron et les plumes a aussi été finaliste au Grand Prix du livre de Montréal en 1993. Hélène Monette a également été en nomination pour le prestigieux Prix du Gouverneur général de poésie pour ses contes et poèmes publiés sous le titre Plaisirs et paysages kitsch (Boréal, 1997) et pour Un jardin dans la nuit (Boréal, 2001), prix qu’elle remporta en 2009 pour son recueil Thérèse pour Joie et Orchestre (Boréal). Ce livre a été écrit pour rendre hommage à sa sœur, morte en 2005.

La poète Monette a participé à plusieurs récitals de poésie, au Québec et à l’étranger, notamment en France, au Mexique et au Portugal. Nos plus sincères pensées vont aux proches de la poète, dont sa fille Lili Monette-Crépô.

« le cœur n’y est pas la tête n’y est plus    vous jetez un œil sur les outils aux rebuts vos mains    vous regardez les formes le métal et la chair de votre histoire ce n’est pas la peine fermez les yeux    vous voyez bien dans un vagissement de machine qui décélère c’est la terre entière qui vous fonce dessus »

Hélène Monette, Où irez-vous armés de chiffres? (Boréal, 2014)

Crédit photo : © Lea C 

Sources:
Boréal
L’île
Écrits des forges

ibeaulieu@leslibraires.ca 

Publicité