Chroniques

Sur le livre

exclusif au web
Papineau, Papineau ?

Papineau, Papineau ?

Par Laurent Laplante, publié le 05/08/2010
Qu’a-t-on fêté le 24 mai: Dollard, la reine, les Patriotes? L’opinion hésite. Pourquoi le prix alors remis à Gilles Duceppe porte-t-il le nom de Louis-Joseph Papineau? Encore là, réponses hésitantes. Le peuple du «je me souviens» ignore de quoi il se souvient. L’immense figure de Papineau répond pourtant à ces questions. À condition qu’on dise autre chose de Papineau qu’ «il s’est sauvé pendant les Troubles de 1837» ou «c’était un orateur».
Les écrivains québécois ont fait leur bout de chemin. Il y a trente ans, Jacques Godbout, dans un roman dérangeant, mettait du pluriel dans le mythe (Les têtes à Papineau, 1981). En 2008, Victor-Lévy Beaulieu tenait sa promesse entêtée et apparentait Papineau aux libérateurs Bolivar, O’Connell, Lincoln, Whitman… (La Grande Tribu. C’est la faute à Papineau).

Historiens et archivistes ont, eux aussi, alerté la mémoire collective. Dans Papineau, Marguerite Paulin a vu «le grand tribun, le pacifiste». Rigoureux, Georges Aubin et Renée Blanchet ont multiplié les chantiers où le clan Papineau expédie des centaines de lettres. On possède, dans une direction, Lettres à Julie et, en sens inverse, celles de Julie à son Louis-Joseph vagabond et exilé (Une femme patriote. Correspondance 1823-1862). Amédée, fils ardent de Julie et de Louis-Joseph, retient aussi l’attention (Souvenirs de jeunesse, épuisé, Journal d’un Fils de la liberté). Aubin ajoutera en 2007 un coffret (Papineau en exil à Paris) qui comprend les lettres reçues par l’exilé, le récit d’un incident vécu par Papineau et le dictionnaire balisant les sources et les contacts mis à contribution. Complétant l’encerclement, Renée Blanchet et Georges Aubin confesseront aussi sa sœur (Rosalie Papineau-Dessaulles. Correspondance 1805 – 1854, épuisé). Si le Québec tarde à se constituer un portrait de Papineau, qu’il ne blâme pas les historiens...

Ajoutons d’urgence la sélection des interventions publiques de Papineau effectuée par Yvan Lamonde et Claude Larin (Un demi-siècle de combats, épuisé). Un texte émerge puissamment: la conférence-testament de Papineau en décembre 1867. Il a 81 ans et attend le pire de la Confédération qui vient de naître. Il rappelle les «bribes de liberté politique conquises durant un passé glorieux». Il valorise «le droit de libre examen et de libre discussion...». Il critique l’«orgueilleux despotisme de Louis XIV, de ses guerres incessantes et insensées, de son faste ruineux, de ses persécutions néroniennes contre les Français protestants». Il reconnaît le «mérite à la chambre d’assemblée d’avoir, la première, dans toute
l’étendue de l’empire, établi le principe de la tolérance religieuse absolue, d’avoir détruit les disqualifications résultant d’une législation surannée contre les Israélites, et à un moindre degré contre toutes les églises dissidentes...». La Confédération? «... intronisé depuis quelques mois, [ce régime est] le plus coupable de tous». Trente ans après les Troubles, il répète: «Non, il n’est pas vrai que les dissensions politiques, qui ont été si acharnées dans les deux Canada, fussent une lutte de races. Elles ont été aussi âpres dans le Haut-Canada, où il n’y avait qu’une nationalité, qu’ici, où il y en avait deux.»

Ce que Papineau prédisait s’accomplit aujourd’hui. À moins de nier le droit démocratique des provinces anglophones à des dizaines de députés supplémentaires, le Québec plafonne à 75 députés et devient négligeable au sein de la Confédération. Papineau et Duceppe, même combat.


Bibliographie :
Les têtes à Papineau, Jacques Godbout, Boréal, 160 p. | 12,95$ La Grande Tribu. C’est la faute à Papineau, Victor-Lévy Beaulieu, Trois-Pistoles, 874 p. | 39,95$ Louis-Joseph Papineau : le grand tribun, le pacifiste, Marguerite Paulin, XYZ 206 p. | 15,95$ Lettres à Julie, Collectif, Septentrion, 822 p. | 49,95$ Une femme patriote, Renée Blanchet et Julie Papineau, Septentrion, 520 p. | 29,95$ Journal d’un Fils de la liberté - 1838-1855, Amédée Papineau, Septentrion, 1046 p. | 64,95$ Papineau en exil à Paris (Coffret 3 volumes), Aubin, Trois-Pistoles, 1121 p. | 100$
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Chroniques
  3. Sur le livre
  4. Papineau, Papineau ?