Dossier

Entrevues

Articles

Chroniques

L’oiseau du Bon Dieu

Années 1850. Territoires du Kansas et du Missouri. Dans sa lutte contre les esclavagistes, le vieux John Brown libère le jeune Henry, 12 ans, qu’il croit être une fille, et le surnomme l’Échalote. Le vieil abolitionniste, qui se pense investi d’une mission divine, prend l’enfant sous son aile. Persuadé qu’« elle » désire participer à la lutte contre l’« institution diabolique » et libérer son peuple, le Vieux (qui a réellement existé) l’entraîne dans des péripéties aux conséquences souvent tragiques, mais toujours racontées avec humour par le jeune Henry lui-même. James McBride réussit à revisiter une période sombre de l’histoire américaine et à en faire un récit enlevant, souvent truculent, impossible à lâcher. Lauréat du National Book Award 2013.

Les princes andalous

On est en 1568, un siècle après que les Rois Catholiques ont repris l’Andalousie aux musulmans, forçant les Maures qui n’ont pas fui à se convertir. Appelés morisques, ces gens sont toujours mal vu et victimes de discrimination. C’est dans ce contexte que Magdalena, fille de « vieux chrétiens », attend éperdument le retour de son fiancé, absent depuis trois mois. Mais le señor Landolsi, qui peint la jeune bourgeoise, lui révèle la vraie nature de cet individu… Magdalena rompt aussitôt. Le fiancé éconduit veut alors s’en prendre à son ancien compagnon qui doit s’enfuir, non sans avoir appris auparavant à Magdalena qu’il a caché être morisque pour exercer son art… Voilà, la table est mise pour un récit dépaysant au possible et fort bien documenté…

Publicité