Chroniques

Littérature jeunesse

exclusif au web
Chasser la déprime hivernale

Chasser la déprime hivernale

Par Nathalie Ferraris, publié le 17/02/2011
Il paraît que de janvier à mars, il se vend en librairie une quantité phénoménale de livres ayant pour titres (ceux-ci sont très fictifs): Perdez 40 livres en trois jours, Qui suis-je?, Les 1 000 étapes menant à la guérison intérieure, Au nom de la détox!, Il est où, le bonheur?, Souriez et maigrissez. Avouons que les lecteurs n’ont pas tort. Après trois, quatre et parfois cinq mois sous la grisaille, le cerveau et le cœur ont besoin de sortir de leur torpeur hivernale tandis que le corps, lui, après avoir passé moult soirées sur le sofa, un sac de biscuits réconfortants à ses côtés, a envie de se remettre en forme avant l’arrivée du printemps. Bref, les rayons de psychologie et de régimes amaigrissants font les choux gras de nos amis les libraires et les éditeurs. Est-ce le même portrait en littérature jeunesse?
Pas pour les fillettes!
Heureusement, non! Et s’il existe une auteure jeunesse qui aime s’en prendre à la psycho-pop, la surconsommation, la mode et les diktats concernant ce que devrait être une saine alimentation, c’est bien Élise Gravel. Ayant fait paraître Le catalogue des gaspilleurs, J’élève mon monstre et
Bienvenue chez Big Burp
, elle a donné naissance en automne dernier au magazine Nunuche Gurlz.

Parodiant les magazines de mode féminins, cette première édition dédiée aux jeunes reprend un à un chacun des éléments qui font le succès de ce genre de magazines afin de s’en moquer joyeusement. Le courrier des lectrices, des articles de fond, des témoignages, des trucs beauté, des interviews, l’horoscope, le courrier du cœur, un questionnaire et de nombreuses publicités remplissent les 64 pages délurées du magazine.

Le courrier des lectrices révèle des textes comme: «Chère Nunuche, Je suis si malheureuse! J’aime un mec, mais il ne veut pas sortir avec moi parce qu’il trouve que j’ai un gros pancréas. Je suis prête à tout pour lui plaire. Sauvez-moi!» La page horoscope définit la balance comme suit: «Tu aimes bien
collectionner les crevettes, mais personne ne veut te visiter à cause de l’odeur. Cesse de t’intéresser à la science: les mecs préfèrent les filles un peu nouilles. La danse qui te va le mieux est le mambo la tête en bas.» Le questionnaire en vedette a pour titre «Es-tu une bonne chasseuse de mecs?» Parmi les trucs beauté, Nunuche Gurlz montre comment adopter une moue de truite en trois étapes faciles et comment perdre du poids en flirtant. Et l’un des articles de fond est consacré à une question essentielle: pour ou contre les nombrils?

Pour compléter ce magazine anticonformiste, de savoureuses publicités volent la vedette çà et là. «Spouitche la bitch» est un vaporisateur à cheveux qui garde les «bitchs» à distance; la Crème de sacoche se veut un hydratant qui aplanit les rides et les ridules des sacs à main les plus moches; Denti-Glo est un dentifrice pour la fille pas trop brillante – une utilisation et il éclaire à la place de la fille! Disgustol rend les aliments dégoûtants et favorise ainsi la perte de poids; American Sexxuel est une belle parodie d’American Apparel; et que dire de la publicité en quatrième de couverture, celle où l’on voit une belle jeune femme sexy fumant une longue cigarette, et où il est écrit «Fumer pue le pet»? Du bonbon!

En remettant en question avec un humour grinçant les magazines de mode, Nunuche Gurlz éveille l’esprit critique de ses lecteurs, filles ou garçons. À feuilleter encore et encore, en cas de déprime hivernale…

À bas les régimes!
Cet hiver, la cuisine ne deviendra pas un lieu où il est interdit de séjourner. Oui, la porte du frigo s’ouvrira. Oui, le sucre, le sel, les boissons gazeuses et la crème glacée auront la cote. Oui, on se salira les doigts avec de la margarine, de l’huile, du vinaigre, du lait et des épices. Mais tout ça se fera pour une bonne cause: celle de la science!

Proposant cinquante-deux expériences pour s’initier à la science, La cuisine. Un véritable laboratoire! sait captiver et satisfaire la curiosité des petits et des grands. Adapté au programme «Science et technologie» en vigueur dans les écoles primaires du Québec, cet ouvrage présente des notions de chimie, de physique, de biologie et de sciences de la nature.

Mais c’est surtout pour son contenu – et sa couverture: non mais, avez-vous vu la bouille sympathique du jeune garçon! – que ce livre a été retenu. Très facile à utiliser grâce à des légendes claires et du matériel accessible dans toute cuisine (sucre, sel, farine, eau, glace, vinaigre, lait, bicarbonate de soude, etc.), La cuisine. Un véritable laboratoire! permet de découvrir de façon amusante des phénomènes et des lois qui trouvent leur explication dans la science.

Pendant cinquante-deux semaines, à une cadence hebdomadaire, vous pourrez assister votre enfant, découvrir et comprendre comment déshabiller un œuf sans toucher sa coquille, comment faire du fromage, comment préparer une boisson gazeuse, comment faire grossir de la guimauve, comment faire de la pâte à modeler, comment éteindre une bougie sans souffler dessus, comment déterminer la fraîcheur d’un œuf, comment peindre avec la nourriture, comment teindre un t-shirt avec du Kool-Aid et comment faire de la colle avec du lait caillé. C’est bien plus excitant qu’un régime minceur, non?


Bibliographie :
Nunuche Gurlz, Élise Gravel, La courte échelle, 64 p. | 9,95$ La cuisine. Un véritable, laboratoire!, Lina Scarpellini, Broquet, 104 p. | 19,95$
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Chroniques
  3. Littérature jeunesse
  4. Chasser la déprime hivernale