Une adoration

3

Le dernier roman de Nancy Huston est un procès plutôt original où même un cèdre du Liban et une glycine sont appelés à être témoins. L’amour et la haine se disputent les chapitres tout au long de l’histoire, pendant que nous déambulons, intrigués, à travers ces tranches de vie que les protagonistes de cette histoire ont partagées dans la société française des années 80. Parmi tous les thèmes abordés, celui de l’enfance est peut-être le plus écorché. C’est troublant et ça dérange. En outre, ce qui se passe dans la famille ordinaire d’Une adoration ne peut que provoquer une réflexion sur la violence domestique. Un peu à la manière de Romain Gary, l’auteur nous livre, elle aussi, quelques phrases fortes que l’on voudrait mémoriser.

Publicité