Passage public

3

Dans ces dix-sept courts récits, Joël Gayraud se fait passeur et délivre le secret de promenades à la fois sensibles et érudites à travers l’Europe, fruits d’une « extrême disponibilité du regard ». C’est ainsi que Passage public témoigne d’une habitation poétique des lieux (du quotidien, de l’enfance ou du voyage), grâce à l’habile mélange de vives sensations, de repères topographiques, de réminiscences ou de jeux langagiers. Ce recueil intelligent, d’une grande beauté, fait également voyager. En cela, il pourrait bien être ce passage public annoncé par le titre, ces lieux d’esprit mis en mots par l’auteur; un passage où quiconque peut s’engager à sa guise et pour son plus vif plaisir, devenant bientôt « avide de découvrir ce qu’il y a après le virage. »

Publicité