Là-haut, tout est calme

2

Helmer Van Wondersen a perdu son frère jumeau accidentellement à l’âge de 20 ans. Et depuis, sa vie a basculé, son destin a chaviré. Obligé de reprendre la ferme familiale, de garder son père grabataire qui a toujours préféré le fils décédé, il a l’impression de n’être que le calque de son frère. Voilà un roman sur l’enfermement et les non-dits. Les mots que l’on tait sont ceux qui nous grugent, nous tuent. Voici une vie entière à se sentir hors champ, jamais à sa place, à accomplir des gestes qui ne nous appartiennent pas, à vivre une existence par procuration, à voir ses rêves s’évanouir, ses illusions s’envoler, ses aspirations de poète ruinées, à sentir son être se diluer dans une déliquescence et une résignation que l’auteur mène jusqu’à l’insupportable. Les véritables victimes sont bien souvent celles qui restent.

Publicité