Conseils d’un disciple de Morrison à un fanatique de Joyce

4

Roberto Bolaño (1953-2003) fut, à mon sens, un grand écrivain. Ce jugement n’est pas le reflet d’un enthousiasme exagéré découlant d’une heureuse découverte littéraire. Il y a ici clairement une voix; une profondeur se profile derrière cette narration froide et directe. Présenté comme un roman écrit à quatre mains (avec A. G. Porta), Conseils d’un disciple de Morrison à un fanatique de Joyce offre une éclairante
préface indiquant cependant le poids de la contribution de Bolaño. Le style est énergique et déborde de poésie. Le récit, quant à lui, narre l’épopée d’un jeune couple de Barcelone qui, à l’instar de Bonnie et Clyde, se laisse tenter par le gouffre de la passion et ce goût de «l’extrême». Un enfer lumineux.

Publicité