Un Cubain libre, Reinaldo Arenas

0

Artiste flamboyant, dissident tapageur et farouche adversaire du régime de Fidel Castro, Reinaldo Arenas fait partie de ces artistes dont la vie et l’œuvre s’entrelacent de façon si serrée qu’elles forment un tout. Dans Un Cubain libre, Reinaldo Arenas, Liliane Hasson, une amie de longue date, relate les hauts faits de la vie de l’écrivain. Jeune auteur prometteur, il ne publiera pourtant qu’un seul roman à Cuba. Accusé d’être «dépourvu de conscience politique» et ouvertement homosexuel, il est constamment harcelé par les forces de l’ordre. C’en est trop, il s’exile aux États-Unis. La quête de liberté d’Arenas se mue en demi-cauchemar, puisqu’il est condamné à l’exil dans un pays qui n’est pas le sien. Ses œuvres sont traduites et publiées en Europe, où on reconnaît son talent. Isolé et rongé par le sida, il mettra fin à ses jours en 1990. Bien que cette biographie ne soit pas particulièrement bien écrite, elle tient lieu d’introduction au personnage Arenas et à sa très grande œuvre.

Publicité