Virginie Blanchette-Doucet, lauréate de la bourse Jean-Pierre-Guay

144
Virginie Blanchette-Doucet, lauréate de la bourse Jean-Pierre-Guay
C’est après l’étude des vingt et un dossiers soumis que le jury de la bourse d’écriture Jean-Pierre-Guay – Caisse Desjardins de la Culture a arrêté son choix sur le projet en cours d’achèvement de Virginie Blanchette-Doucet.

L’auteure a publié aux éditions Boréal en 2016 un premier roman, 117 Nord, qui avait figuré dans la présélection du Prix France-Québec et qui s’était retrouvé finaliste au Prix littéraire du Gouverneur général. « Un premier roman d’une grande maturité porté par une écriture sensible et poétique », avait commenté Mélanie Langlois de la librairie Liber à New Richmond. L’auteure a également signé une nouvelle dans le collectif Stalkeuses paru chez Québec Amérique en 2016.

Si 117 Nord avait pour paysage l’Abitibi, son second livre, composé d’une trentaine de nouvelles brèves et qui a pour titre provisoire Les champs penchés, se situera en Nouvelle-Zélande et sera divisé de telle sorte qu’il fera entendre tour à tour les différentes voix qui porteront un regard distinct sur une même situation. Le jury, présidé par Danielle Dussault, lauréate 2019 de la bourse Jean-Pierre-Guay, et constitué de Pierre de Bellefeuille et de Francine Pelletier, a admiré la « complexité de la structure narrative, avec plusieurs points de rencontre » et a qualifié la forme par fragments employée de « très vivant[e] ».

Si le jury a choisi à l’unanimité d’attribuer la bourse à Virginie Blanchette-Doucet, il a tenu à mentionner la grande qualité des dossiers reçus. La bourse Jean-Pierre-Guay – Caisse Desjardins de la Culture représente un montant de 3000$.

Photo : © Frédérick Duchesne

Publicité