Prix littéraires des enseignants

6

Les enseignants sont bien placés pour être ce qu’on appelle des « passeurs », c’est-à-dire des gens qui par leur ferveur pour les livres peuvent en transmettre la fibre vibrante et passionnelle à tous ceux et toutes celles qui les entourent. Autre définition du passeur qui se trouve dans le petit pamphlet Gardiens et passeurs, de Daniel Pennac que les éditions Les 400 Coups viennent de publier et qui est remis gratuitement à tous les acheteurs d’un livre de la maison d’édition : «Passeur, le lecteur dont la bibliothèque personnelle ne contient que de mauvais romans ou des essais de seconde main, parce qu’il a prêté les meilleurs, qu’on ne lui a pas rendus. Oui, l’acte de lire étant par essence un acte d’anthropophagie, il est irréfléchi d’attendre qu’un livre prêté nous soit rendu.»

Par leur contact et leur présence régulière auprès des jeunes, les professeurs sont susceptibles d’être d’excellents passeurs. En se réunissant pour parler de leurs coups de cœur concernant leurs découvertes de livres pour la jeunesse et en déclarant des œuvres gagnantes, l’importante valeur du rôle de passeurs est aussi remise de l’avant. Nous avons tous en mémoire un professeur enthousiaste qui par sa brillance dans le regard a su nous convaincre et nous faire aimer un livre, cadeau inestimable parmi les plus précieux.

Après partages et discussions, voici leur délibération :

Catégorie « roman 9 à 12 ans »

Dominique Demers, pour Le secret des dragons, illustrations de Sophie Lussier (Dominique et compagnie)

Commentaire du jury : « Très pertinent pour ce groupe d’âge. (Quoique j’ai beaucoup aimé aussi.) Vivant, riche en vocabulaire et en aventure. »

Catégorie « roman 13 ans et plus »
Nadine Poirier, pour Adios (Éditions De Mortagne)

Commentaire du jury : « Les thèmes sont proches d’eux : l’amour, l’école, les voyages intéressent la grande majorité des  jeunes. »

Catégorie « Nouvelles »

France Boisvert, pour Un vernis de culture (Éditions de La Grenouillère)

Commentaire du jury : « Du bonbon. Un livre que les élèves vont lire pour le plaisir et non par obligation. Thèmes variés et actuels, drôle et rafraichissant. »

Catégorie « Poésie »

Pierre Labrie, pour Nous sommes ce continent (Soulières Éditeur)

Commentaire du jury : « L’amour! Que dire de plus? Les textes en prose ponctués de poèmes permettront de garder l’attention de l’élève, particulièrement de celui peu familier avec la poésie. »

Créés par l’Association québécoise des professeurs de français (AQPF) et l’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL), ces prix permettent à chaque auteur de recevoir une bourse de 1000 $ et à l’éditeur un crédit de 500 $ chez Marquis Imprimeur et un autre chez Cascades. Le récipiendaire dans la catégorie « Poésie » est invité au Festival international de la poésie de Trois-Rivières.

Félicitations à tous les lauréats et bravo aux passeurs!

ibeaulieu@lelibraire.org

Publicité