Le combat des livres 2013

18

Revenons un peu sur les événements de la semaine dernière. Chaque année, depuis maintenant 10 ans, la radio de Radio-Canada présente le Combat des livres où cinq panelistes viennent argumenter afin de consacrer l’oeuvre qu’ils ont choisie comme meilleur livre. À priori, tous les livres proposés sont d’excellents choix; reste en jeu la force de frappe du plaideur.

Cette année encore, cinq fieffés parlementaires sont venus débattre pendant une semaine de leur livre chouchou à l’émission Plus on de fous, plus on lit diffusée chaque jour de la semaine de 13h à 14h.

Arvida de Samuel Archibald défendu par Bernard Landry

La ballade de Baby de Heather O’Neill défendu par Brendan Kelly

La fiancée américaine d’Éric Dupont défendu par Dominique Lévesque

Il pleuvait des oiseaux de Jocelyne Saucier défendu par Geneviève Guérard

Tous d’excellents livres qui ont pourtant été déclassés par Aminata du Torontois Lawrence Hill qui a été défendu par le chanteur et poète Thomas Hellman. Est-ce la voix chaude et vibrante de Monsieur Hellman qui a su convaincre l’auditoire? Pas qu’Aminata ne mérite pas la palme mais disons que la compétition était féroce. En dernier tour de piste, il faisait face à Il pleuvait des oiseaux de Madame Saucier, et avec les nombreux prix et mentions que ce livre a déjà récolté, il était un adversaire de taille.

Aminata, beaucoup moins connu ici par le grand public, – quoique récipiendaire du Canada Reads 2009, le pendant anglais du concours – est donc une surprise qu’on a bien envie d’aller découvrir pour ceux et celles qui comme moi ne l’ont pas encore visité.

« Lorsque Aminata Diallo entreprend d’écrire l’histoire de sa vie à Londres, en Angleterre, à l’aube du XIXe siècle, elle possède tout un bagage d’expériences. Enlevée de son village en Afrique de l’Ouest à l’âge de 11 ans et forcée de marcher jusqu’à la mer pendant des mois dans un convoi d’esclaves, Aminata est ensuite amenée à travailler dans une plantation d’indigo sur une île au large de la Caroline du Sud. Elle survit grâce des compétences de sage-femme acquises auprès de sa mère et grâce à sa force de caractère héritée de ses parents. »

Une histoire d’esclavage qui a profondément bouleversé Monsieur Hellman et modifié sa vision du monde. Bravo!

 

Publicité