La maison d’édition Les 400 coups est finaliste au prestigieux BOP

213
La maison d'édition Les 400 coups est finaliste au prestigieux BOP
« C’est une drôle d’année pour avoir 25 ans » exprime le président des éditions québécoises Les 400 coups, Simon de Jocas. « En ce début d’année où la COVID-19 accapare tout l’espace médiatique, alors que la chaîne du livre, ici comme ailleurs, souffre de cette pandémie, nous accueillons cet honneur avec espoir en nous disant, comme bien d’autres le font tous les jours, que ça va bien aller. »

Cet honneur est celui d’être finaliste au prix BOP de la Foire du livre jeunesse de Bologne, un prix international créé en 2013 pour les 50 ans de l’événement et l’un des plus convoités dans le milieu du livre. La maison montréalaise Les 400 coups se trouve donc à être le seul québécois finaliste dans la catégorie « meilleur éditeur jeunesse 2020 en Amérique du Nord » aux côtés d’un éditeur canadien (Annick Press) et trois éditeurs américains (Abrams, Candlewick Press, Eerdmans Books for Young Readers). L’annonce du lauréat sera faite le 4 mai prochain.

Les éditions Les 400 coups offrent depuis 25 ans des albums illustrés qui se distinguent par leur originalité et leur audace. On a qu’à penser à l’album Le livre où la poule meurt à la fin de François Blais et Valérie Boivin, lauréat du Prix jeunesse des libraires du Québec en 2019, où Catherine, une volaille dépensière, déplore que sa mort ne lui permettra pas de profiter du spécial qu’il y aura sur sa propre chair. Un livre ludique qui permet d’engager avec son enfant une conversation sur la consommation ou simplement rire un bon coup! Les auteurs Elise Gravel, Pierrette Dubé, Valérie Fontaine, Marie-Francine Hébert et les illustrateurs Stéphane Poulin, Orbie, Anne Villeneuve et Jean-Luc Trudel sont du nombre des créateurs qui figurent au vaste catalogue de l’éditeur.

Publicité