Les fantômes fument en cachette

4

Ça sent l’été dans Les fantômes fument en cachette. Ça sent les feux de camp, les cigarettes à la sortie des bars, le thé en fin de soirée. Les gens de la vingtaine s’y reconnaîtront. À travers les mélodies de groupes comme The Fray, The Kooks, mais aussi Salomé Leclerc et Marie-Jo Thério, Miléna Babin nous emmène dans une histoire contemporaine, un triangle amoureux ambigu troublé par une rencontre imprévue. D’une écriture vive, le roman nous accroche dès les premiers chapitres. L’univers de cette jeune auteure de Québec, ponctué de nombreuses références à la musique, mais aussi à la littérature, nous imprègne rapidement et complètement. À lire en sirotant une tisane sur son balcon pendant la belle saison.

Publicité