Anima

4

L’écriture d’Anima a débuté il y a dix ans. Un roman dans lequel le tragique atteint un paroxysme. La tragédie étant un genre prisé dans son écriture dramaturgique, Wajdi Mouawad en façonne les codes et nous propose un bestiaire étrange et cruel. Le destin de Wahhch Debch bascule le jour où il découvre le corps de sa femme assassinée. Dès lors, le lecteur assiste à une série de témoignages des plus insolites, puisque des animaux composent la trame narrative. S’ensuit une longue traversée, peuplée d’anges et de démons, que le protagoniste entreprendra pour retrouver l’assassin sans penser en des termes habituels de vengeance. Mouawad y décrit l’indescriptible, expose ce qu’il y a de plus noir dans la psyché humaine.

Publicité