La vie est belle malgré tout

1

Décidément, la collection « Outsider » nous réserve de belles (re)découvertes en proposant la seconde édition de cet album de Seth (l’Ontarien Gregory Gallant), paru initialement il y a une dizaine d’années en français et il y a presque vingt ans en anglais. Le roman graphique, couplé ici à l’auto­fiction, est de plus en plus populaire et on ne s’en plaint pas, car il nous donne souvent des albums de fort belle qualité. La facture et l’époque, ici, rappellent un peu le Pascal Blanchet de Rapide blanc. Passionné de dessins de presse, l’auteur se met un peu en scène dans la quête d’un mystérieux illustrateur des années 1940 et 1950, à la carrière aussi éphémère que les magazines qui accueillaient ses dessins. Séduisant.

Publicité