Nos libraires craquent

Littérature québécoise

exclusif au web

Mai au bal des prédateurs

Nous pouvons être réfractaires à la forme du texte, puisque Marie-Claire Blais nous offre, ici encore, un roman sans paragraphes et ne contenant presque pas de points. Mais lorsque nous disons « oui », nous savons que nous participons à quelque chose de magistral. Cette dérive verbale imite le flot ininterrompu de nos pensées, ce qui nous donne droit à un billet backstage dans la tête des personnages. Au plus intime de leurs démons et de leur folie, nous faisons la rencontre de personnages androgynes qui ont la liberté de se créer eux-mêmes, mais qui se brisent dans des sortes de bacchanales dévorantes. Cet unique souffle qui tient lieu de roman marque le rythme de la condition humaine. Puisqu’on peut reconnaître un grand écrivain au fait qu’il repousse les lieux communs, j’en reconnais une qui s’inscrit dans cette catégorie.
Par Isabelle Beaulieu, Les libraires
Mai au Bal des Prédateurs Marie-Claire Blais
Boreal , 2010 Acheter
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Nos libraires craquent
  3. Littérature québécoise
  4. Mai au bal des prédateurs