Nos libraires craquent

Littérature québécoise

exclusif au web

La classe moyenne

Yves Boisvert dérange une certaine idée qu’on peut se faire de la poésie. Il la bouscule et la traîne en banlieue, dans une zone où fleurit, loin des jardins intérieurs, une imagerie grinçante et percutante. Ce qui donne pour résultat un recueil de poèmes d’une teneur rappelant l’incroyable et excellent Gardez tout (Écrits des Forges, 1987, récipiendaire du prix du Journal de Montréal, 1988). Jouant sur plusieurs registres, l’écriture de Boisvert n’en demeure pas moins unique par la faculté qu’il a d’aller mettre le bon doigt sur les bobos de la pensée molle et confortable tout en déployant un savoir-faire indé­niable. Il signe ici un recueil bien ancré dans son époque et on ne peut plus efficace pour en dépeindre les travers les plus sournois.
Par Christian Girard, Pantoute
image non disponible
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Nos libraires craquent
  3. Littérature québécoise
  4. La classe moyenne