Actualités

Les prix littéraires

exclusif au web
Le Femina: Miano, Ford et Enthoven

Le Femina: Miano, Ford et Enthoven

Par Isabelle Beaulieu, Les libraires, publié le 06/11/2013

 Dans ce monde, il y a deux sortes de gens, a dit Mildred.
Oui, enfin, il y en a de toutes sortes.
Mais au moins deux : ceux qui comprennent qu'on ne sait jamais;
et puis ceux qui pensent qu'on sait toujours.
Moi, j'appartiens au premier groupe, c'est plus sur.
Canada, Richard Ford

Le jury du Femina a fait connaître son choix : La saison de l’ombre de Léonora Miano l’emporte dans la catégorie roman français. D’origine camerounaise, Miano arrive en France à 18 ans. Elle écrit depuis l’enfance, mais c’est en 2006 que son premier roman, L’intérieur de la nuit, est édité et remarqué. Plusieurs prix viennent couronner ses œuvres, La saison de l’ombre étant son sixième roman. L’histoire de ce livre nous plonge au coeur de la communauté Mulongo dans une contrée subsaharienne à l’époque précoloniale. Après un incendie qui prend tout le village, les habitants s’aperçoivent de la disparition de douze hommes, dix jeunes et deux anciens, dont ils ne retrouvent aucune trace. Les mères des jeunes hommes sont réunies entre elles afin que leur douleur ne contamine pas tout le clan déjà accablé et qui doit reconstruire ce qui a été détruit par le feu. Où sont passés les fils disparus? « Les étrangers venus du nord par les eaux » les ont emportés, les faisant candidats à la traite. Mais pour le peuple mulongo, cette disparition est d’autant plus troublante que sa raison leur est inconnue. Même si le roman emprunte à l’histoire, l’auteure choisit la fiction : « J'ai fait le choix d'une démarche de création pure, la seule valide à mon sens, pour cheminer vers les mondes disparus que je comptais explorer ». C’est d’ailleurs en cohérence avec les Mulongos, qui faute de savoir où étaient passés les disparus, ont été dans «l'obligation d'inventer pour survivre».

Dans la catégorie du roman étranger, le Femina est remis à Canada de l’Américain Richard Ford. Le romancier a déjà reçu le prestigieux prix Pulitzer pour Indépendance. Avec Canada, il raconte l’histoire du jeune Dell Parsons, 15 ans, dont les parents commettent un vol à main armée pour rembourser des créanciers insistants. Leur tentative se résultera par un échec. Dell passera du Montana à la Saskatchewan, fuyant l’option de l’orphelinat pour la découverte d'un nouveau monde. Il fera la connaissance de Remlinger, un « libertarien » qui n’obéit qu’à ses propres lois, ce qui influencera le jeune Dell dans son apprentissage de la vie et dans l’édification de son identité.

Le Femina dans la catégorie essai est allé à Jean-Paul et Raphaël Enthoven (le père et le fils) pour Dictionnaire amoureux de Proust, dont on fête cette année le 100e anniversaire de la publication de Du côté de chez Swann, le premier tome de La recherche.

Photo de Léonora Miano: JF Paga/ Grasset

SiteLéonoraMiano

SiteRichardFord

LivresHebdo

ibeaulieu@lelibraire.org

Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Les prix littéraires
  4. Le Femina: Miano, Ford et Enthoven