Le Ressentiment dans l’histoire

2

Dans Pétain, sa biographie du controversé maréchal, l’ex-résistant devenu historien et présentateur de télé écrivait: «Il me semble… que la fonction de l’historien n’est pas de jouer les avocats ni les procureurs, non plus que d’user des instruments de son métier pour mieux servir son couvent. Le rôle de l’historien consiste… à essayer de rendre le passé intelligible, et notamment son rapport avec le temps présent.» Et c’est tout à fait dans cette optique que Marc Ferro signe ici cette étude sur l’histoire de la violence, telle qu’elle se manifeste dans les trop nombreuses guerres de religion, nationales et de libération qui jalonnent le parcours des nations. Des croisades d’autrefois à la guerre antiterrorisme d’aujourd’hui, l’historien-philosophe s’interroge sur les racines du mal et ose une hypothèse pas farfelue du tout: et si cette violence omniprésente dans notre histoire avait une origine psychologique?

Publicité