Nos libraires craquent

Littérature québécoise

exclusif au web

Ne dis rien

Emportée par une rupture d’anévrisme, étendue sur une table d’autopsie, offerte à l’examen minutieux de Pascale, une thanatologue qui l’a connue de son vivant, la dépouille d’Élise Olivier livre les tourments qu’elle a gardés toute sa vie recouverts d’une chape de secrets. Très vite, on aura une idée de l’étendue de la douleur qui fut le lot de cette femme, victime d’abus sexuels aux mains d’un oncle artiste. Certes, les motifs de l’inceste et du calvaire de la victime ne sont pas inédits en littérature. Mais ce roman, qui aurait pu n’être qu’un ajout dans l’abondant corpus mélodramatique inspiré par ces thèmes, se démarque par la vigueur faussement tranquille, le lyrisme contenu de l’écriture. Marie-Geneviève Cadieux signe ici une première œuvre d’une complexité et d’une maturité aussi rare qu’impressionnante.
Par Stanley Péan, Les libraires
Ne Dis Rien Marie-Geneviève Cadieux
Herbes Rouges , 2003 Acheter
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Nos libraires craquent
  3. Littérature québécoise
  4. Ne dis rien