Seule la mer

3

Une femme meurt en laissant derrière elle deux hommes décomposés par sa disparition : son mari Albert, modeste conseiller financier habitant une petite ville au bord de la Méditerranée, et son fils Rico, parti renaître de son mal de vivre dans les montagnes du Tibet. Une fragile constellation humaine, des hommes et des femmes, se déploie autour de ces deux personnages. Amos Oz, qui est sans aucun doute le plus connu des écrivains israéliens (Connaître une femme, La Boîte noire), nous offre un livre magnifique écrit en vers libres, qui tient autant du poème que du roman : une fable délicate et impressionniste sur l’amour et l’absence esquissée à coups de chapitres brefs et envoûtants. La mer omniprésente, les odeurs de l’amour mêlées à celles des algues et du sel, le goût des olives et du temps qui passe font de ce livre inclassable un véritable enchantement.

Publicité