Le premier mot

2

Ce roman parle des mots. Quoi de plus délectable pour un lecteur! Une femme qui porte le deuil de son frère souhaite retrouver le premier mot prononcé par l’être humain. Plus qu’une tentative d’étude linguistique, cette recherche concerne aussi les origines, le sens de la parole comme naissance de la
conscience. Car «jouer avec les mots», ce n’est pas seulement un caprice. Les mots sont aussi ce qui nous forge. Les mots des autres, loin d’être ennemis des nôtres, sont des vases communicants et représentent la preuve que chaque langue a ses emprunts puisqu’on ne peut pas vivre sans être influencé, et c’est tant mieux. En ce sens, les langues peuvent rassembler les peuples et la Tour de Babel est devenue obsolète, car on comprend que la diversité, loin de créer le malentendu, constitue plutôt une richesse.

Publicité