Le Livre du vide médian

3

Selon la philosophie taoïste, le vide médian, né de la rencontre des forces essentielles de la nature que sont le Yin et le Yang, est cet espace d’où germe une énergie créatrice. Sans François Cheng, de l’Académie française, les lecteurs ne pourraient en savourer la poésie, charmante et éthérée. Si le souffle est « vie », selon le Tao, les mots de Cheng peuvent donc être comparés à une brise reposante. Ici, rien de trop obscur, et ce, tant dans les thèmes (contemplation de la nature et des hommes, sources de l’âme) que dans le choix des mots, d’une désarmante simplicité. Étrange et beau à la fois, Le Livre du vide médian devrait être dégusté lentement, avec du thé, de préférence, et quelques vapeurs de jasmin pour vous chatouiller les narines.

Publicité