L’accordeur de pianos

1

Dès que vous aurez refermé votre livre, vous ne verrez plus jamais un piano Steinway comme avant, ni n’assisterez plus jamais à un opéra sans penser au drame cruel de Frédéric Delacroix. Cet homme, accordeur de piano, tua le ténor Antonio di Malfitano durant la représentation de la Tosca sur la scène de l’opéra de Berlin. Bien sûr, me direz-vous, ce n’est qu’un roman! Mais j’ai frémi avec ce récit. J’ai été émue par sa pureté, par la beauté des mots, par la détresse de chacun des membres de cette famille dysfonctionnelle, mais aussi consciente de l’incommunicabilité et de la solitude qui nous guettent. Si vous croyez encore qu’il n’y a que les Jo Nesbo, les Stephen King ou les Stieg Larsson qui peuvent vous apporter votre dose de suspense et d’horreur, c’est que vous ne connaissez pas encore Pascal Mercier. Aurait-il inventé un nouveau genre littéraire: le thriller philosophique?

Publicité