L’hiver le plus froid

3

L’hiver le plus froid, c’est celui vécu par l’Américaine Paula Fox qui, en 1946, s’embarque pour l’Europe, qu’elle découvre dévastée, déjà stigmatisée, comme le prouvent ces poignets qu’on regarde furtivement pour y découvrir la marque indélébile d’un passage en camp. Il n’y a pourtant pas de descriptions pathétiques ou de thèse formulée sur ce qui se joue alors chez des bourgeois anglais, dans une maison de chambre parisienne ou entre les murs d’un hôtel de Varsovie. Le récit, guidé par le souvenir, est soumis aux aléas de la mémoire, à ses blancs comme à ses sélections parfois surprenantes. Le texte s’enrichit d’une réflexion a posteriori sur cette expérience et de quelques réminiscences de l’Amérique d’alors. Un récit de voyage intime et envoûtant.

Publicité