Coupable de tout

4

Junkie, gigolo, criminel et j’en passe, grand galérien de l’existence, Herbert Huncke savait aussi très bien se débrouiller avec une plume entre les doigts. On voit ses souvenirs défiler au fil de ces textes brefs, à l’écriture sobre et précise, avec laquelle il cerne l’essence des gens qu’il a connus en deux ou trois phrases. Ce tour d’horizon de l’underground new-yorkais des années 40 et 50 et cette facilité à dépeindre avec authenticité cet univers particulier nous font comprendre la fascination que Huncke exerçait sur des pointures comme Jack Kerouac et William Burroughs. S’il nous est possible de croiser, sous d’autres noms, Herbert Huncke dans les romans de ces derniers, il nous apparaît autrement plus fascinant révélé par lui-même.

Publicité