Chanson douce

5

Les petits sont morts. La gardienne qu’ils aimaient tant les a tués. Voilà! C’est ainsi que démarre Chanson douce. Ensuite se révèle l’implacable engrenage qui a précédé ce drame. Ici, pas de détails macabres. Que des faits. D’abord, Myriam qui en a assez d’élever ses enfants et souhaite reprendre son travail d’avocate. Puis, la difficile sélection et l’arrivée à la maison de Louise, la perle rare qui, de nounou, devient vite fée du logis. On le sent, elle tisse sa toile, Louise. Elle dont la vie a été jusque-là une suite d’échecs veut qu’on la juge indispensable… et son délire enfle jusqu’à commettre l’irréparable… Leïla Slimani dissèque avec doigté et rigueur cette montée vers l’abject. Un prix Goncourt 2016 grandement mérité!

Publicité