Altyn Tolobas

2

C’est le sourire aux lèvres qu’on lit Altyn Tolobias de Boris Akounine, qui nous avait habitués aux aventures rocambolesques d’Eraste Fandorine, policier moscovite de la fin du XIXe siècle. Un siècle plus tard, c’est son petit-fils, Sir Nicholas Fandorine, qui nous entraîne dans une chasse au trésor, celle du fondateur de sa lignée, Cornelius Van Dorn, mercenaire allemand du XVIIe siècle. La moitié d’un vieux parchemin familial témoigne de l’existence de ce trésor, qui n’est ni plus ni moins que la fameuse bibliothèque d’Alexandrie. Tandis que Nicholas fouille dans les archives de Moscou, se bute à la bureaucratie et à une organisation qui semble avoir le même but que lui et qu’il se trouve toujours sur son chemin, on suit en parallèle les aventures de l’ancêtre Van Dorn. Nous découvrons donc Moscou à trois siècles d’intervalle. C’est érudit, drôle, bourré de rebondissements et d’une précision historique incontestable. Un livre qu’on savoure !

Publicité