La Fille du papillon

5

Solveig n’est pas du genre à écrire un journal intime. Pourtant, la rencontre d’un garçon, qu’elle surnomme «le Monde», va l’amener à transcrire tout ce qu’elle vit dans un fichier: la douleur qu’elle porte depuis la mort de sa mère, les disputes avec son père volage (c’est lui le papillon!), son amitié avec Manon et l’amour avec «le Monde». Comme toute adolescente, elle fait des essais et des erreurs. Elle détruit presque le pont entre «le Monde» et elle. Toutefois, les liens vont se reconstruire et elle aussi. À travers ce premier roman, on découvre la voix unique d’Anne Mulpas. Une voix poétique qui s’accorde parfaitement aux notes excessives et dramatiques de l’adolescence. Un livre à lire et à relire… comme un recueil de poésie. À partir de 14 ans.

Publicité