Nos libraires craquent

Essai québécois

Les libraires - Numéro 105

Un pays en commun

Alors que les nationalistes ont largement abandonné la question sociale, une grande partie de la gauche rejette pour sa part la question nationale, qu’elle associe à un repli xénophobe. Puisant dans la pensée québécoise des années 60-70 (Aquin, Parti pris, le Front de libération des femmes, Dumont, Rioux et Vadeboncœur), le philosophe Éric Martin cherche à dépasser cette opposition en montrant que les deux questions sont dialectiquement liées. Pour lui, d’une part, un Québec souverain ne saurait s’épanouir s’il reste subordonné au pouvoir du Capital et, d’autre part, l’émancipation socioéconomique des Québécois nécessite un certain enracinement. Puissant et mobilisateur, le plaidoyer qu’offre Martin est susceptible de dénouer l’impasse dans laquelle se trouve la gauche souverainiste.

Par Marc-André Lapalice, Pantoute
Un pays en commun : socialisme et indépendance au Québec Éric Martin
Ecosociete , 2017 Aussi en numérique Acheter
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Nos libraires craquent
  3. Essai québécois
  4. Un pays en commun