Et arrivées au bout nous prendrons racine

7

Dans ce recueil aux effluves de vent, de bleuets et d’aspic, nous sommes entraînés dans un village au loin, au Nord, qui recèle autant de vastes espaces que d’expériences précises, intimes. Moments familiaux, moments dans la maisonnée, moments au grand air : « tu me berces toujours salée / avec tes chansons bleues de mer ». Intelligente, douce et chaleureuse, la poésie de Gauthier-Landry nous pousse à regarder les racines sur lesquelles nous marchons.

Publicité