Les cascadeurs de l’amour n’ont pas droit au doublage

1

Avant Martine Delvaux, l’amour n’avait pas encore été déconstruit sous toutes ses coutures. Dans Les cascadeurs de l’amour n’ont pas droit au doublage, elle dénonce l’amourpassion, celui qu’on voit dans les films, l’amour impossible, destructeur. Pourquoi l’amour ne pourrait-il pas être tout simplement calme, heureux, banal? La narratrice écrit une lettre, la première et la dernière, afin de se libérer de l’emprise de son amoureux, ange et démon, son Narcisse retourné à Prague, non heureux avec sa douce parce qu’elle habite l’Amérique. Alors, plutôt que d’aller le rejoindre, elle s’enfuit à Rome, la cité empire, guerrière, afin de combattre elle aussi ou à défaut, de s’étourdir. Un roman qui abasourdit par ses mots, ses espaces, son histoire.

Publicité