Dômu, rêves d’enfants

4

Hyperréaliste et violent, Dômu est le chef-d’œuvre d’Otomo, qui l’a fait connaître dans les milieux de la bande dessinée, un an avant son œuvre culte Akira, qui l’a finalement propulsé aux sommets. Utilisant avec art les nuances du noir et blanc, les découpages graphiques inhabituels, les points de vue inversés et les gros plans serrés très cinématographiques, l’auteur nous mène en eaux troubles dans un univers « suant d’humanité », et fait de Dômu un thriller étouffant. Entre enquête policière et quête fantastique tirant sur le chamanisme, c’est un voyage aux enfers esthétique. C’est aussi l’histoire de l’enfance, son côté maléfique et puissant, omniscient et cruel. Étonnant et puissant.

Publicité