Nos libraires craquent

Littérature québécoise

exclusif au web

Souvent la nuit tu te réveilles

Proche parente de la Gisèle des Vertiges Molino (le précédent roman de Geneviève Letarte), Simone esquisse son autoportrait en alternant entre trois voix narratives, l’une prosaïque et attentive aux petits riens du quotidien, la seconde volontiers rêveuse et encline au fantasme, et la troisième, lucide et implacable, qui la tutoie et n’affecte une fausse distance que pour nous confondre. Qui suis-je? se demande cette femme, dont la vie semble glisser entre ses doigts. Sans doute n’est-elle que la somme plus ou moins exacte de ses chagrins d’amours, de ses fuites maladroites, de ses espérances déçues. À travers la mosaïque de ses réminiscences, Simone tente de cerner la cause de «la Faille» qui s’est creusée en elle et à laquelle elle souhaiterait échapper. Habilement orchestré, somptueusement écrit, ce roman de l’intime, de la connaissance et de la (dé)construction du soi n’a rien d’un exercice de style narcissique et gratuit.
Par Stanley Péan, Les libraires
image non disponible
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Nos libraires craquent
  3. Littérature québécoise
  4. Souvent la nuit tu te réveilles