Dossier

Entrevues

Articles

Chroniques

Variations endogènes

Pour ce recueil, l’auteure propose quatorze courtes nouvelles écrites autour des thèmes de la solitude, de la violence de la vieillesse, de la maladie et de la honte. Malgré l’inconstance dans la qualité de l’écriture entre les différentes nouvelles, elle réussit, avec style et lucidité, à toucher des cordes sensibles de l’intime et du malaise, rendant visible ce qui tente constamment d’être caché. La lecture, bien que parfois ardue, est fluide et empreinte de quotidien. On rougit, on se sent mal, on s’associe aux personnages en détournant souvent les yeux, gênés. Les quelques forts textes donnent envie d’en lire davantage, de scruter les multiples variations de tonalité et de réflexions. Un petit recueil qui marque, pour longtemps.

Le secret de Lydia Gagnon

À l’aube de son soixante-dixième anniversaire, Lydia Gagnon voit sa vie chamboulée alors que l’un de ses plus terribles secrets menace d’être dévoilé au grand jour. Veuve depuis peu, Lydia Gagnon est la mère de cinq enfants qu’elle a aimés et cajolés. Une vraie bonne mère. Pourtant, ses enfants ont dû subir plusieurs déménagements, et certains pans de leur vie semblent toujours enveloppés d’une zone grise. C’est la maladie d’un de ses petits-fils, Albert, qui viendra fissurer l’édifice de mensonges qu’elle a mis une vie à ériger. Amour maternel et trahison familiale tissent ce récit que Claire Pontbriand rend de main de maître. Une saga familiale qui ne nous laisse jamais tranquille.

Publicité