Dossier

Entrevues

Articles

Chroniques

Javotte

Javotte, c’est la méchante belle-soeur de Cendrillon. Prenez-la, mettez-la dans une polyvalente de banlieue avant sa rencontre avec sa célèbre belle-soeur et vous obtenez Javotte, de Simon Boulerice, un hommage déjanté à ce célèbre personnage de conte de fées! Tout y est, depuis la méchanceté con - som mée jusqu’aux grands pieds de mademoiselle. N’empêche, on ne peut qu’éprouver une certaine tendresse envers cette Javotte, femme-enfant qui ne sait pas grandir et qui s’acharne à être méchante envers tous : de peur de ne pas être aimée, elle fait tout pour qu’on la déteste. Chacun des personnages qui l’entourent mérite d’une certaine façon ce qu’elle lui fait. Pas tout, bien sûr, mais disons… un petit peu? C’est là tout le charme de ce roman!

Les doigts croisés

Ce livre est un ensemble de petites bulles, de réflexions, d’observations, d’anecdotes, presque des photographies de moments épars vécus par le narrateur. Pas d’ennui à la lecture de ce roman rempli de jeux de mots et de traits d’esprit. Bien que nous y côtoyions la mort constamment, c’est un livre vivant. Et sans nous en rendre compte, nous sommes happés par l’univers du personnage, nous roulons en corbillard, nous aimons Suzie tout comme lui et affrontons à ses côtés les sombres nuages qui se profilent. C’est le type de livre qui provoque un deuil littéraire. Vous savez, celui qui obsède pendant quelques jours et qui empêche de replonger dans autre chose? J’espère bien avoir à relire du Lanouette très bientôt. Je suis conquis!

Publicité