Dossier

Entrevues

Articles

Chroniques

Épidermes

Pour les amateurs de nouvelles, ce recueil présente quatorze textes surprenants sur le thème du corps, de ses mutations, modulations et changements, qu’ils soient volontaires, induits de force, subis avec douceur ou violence. Se mêlent dans ces pages le dégoût (de la chair, la sienne ou celle des autres), la peur (du changement, de la perte, de la mort, du regret), la honte et la violence. Le corps comme moteur, mais aussi comme entrave. À travers les plumes très différentes les unes des autres des auteurs, on est projeté dans des histoires glauques, morbides, fantaisistes ou crues. On aime pour la diversité de personnages, d’angles et de points de vue, et pour le caractère particulier de cette publication. Une lecture déstabilisante et forte.

La fille d’elle-même

La fille d’elle-même raconte une histoire de naissance. La naissance d’une femme, depuis le corps d’un homme. Dans cette autofiction, écrite au « je » féminin, la narratrice nous dépeint le chemin parcouru depuis l’enfance pour éclore, devenir la femme qu’elle sait être et l’assumer. Les courts chapitres illustrent les malaises et l’incompréhension, mais aussi la fierté d’être reconnue lorsque, enfant, on l’appelle « ma p’tite », et l’espoir. L’écriture de Gabrielle Boulianne-Tremblay est à la fois poétique et acérée, se modulant aux situations. Le ton, parfois brutal, est une riposte aux événements racontés, et certains passages nous arrachent littéralement le cœur. Une lecture bouleversante, déchirante, mais aussi lumineuse.
Publicité